SELARL COUBRIS, COURTOIS & Associés
31 rue du Bocage
33200 Bordeaux

05.56.17.13.03

Du Lundi au Vendredi, de 8h à 19h

Décès à la maternité d'Orthez : Un deuxième médecin mis en examen

Lundi 21 mars 2016

Accès rapide

Nouvelle mise en examen suite au décès d'une femme lors d'un accouchement à la clinique d'Orthez

Le juge d'instruction a décidé le 25 février 2016 de mettre en examen l'obstétricien intervenu lors de l'accouchement de Xynthia Hawke pour non assistance à personne en danger.

Maître Philippe Courtois, en tant qu'avocat de la famille de la patiente, était interviewé par la presse sur l'avancé de l'instruction visant à établir toutes les responsabilités dans cette affaire.

Maternité d'Orthez : mise en examen de l'obstétricien

Date : 17 mars 2016

La jeune patiente était malheureusement décédée dans des circonstances dramatiques en mettant au monde un petit garçon.

L'anesthésiste, mise en examen et placée rapidement en détention provisoire, présentait un état d'ébriété au moment de l'intervention conduisant à de mauvaises manipulations médicales.

Par ailleurs, Le juge d'instruction a considéré que l'attitude de l'obstétricien n'était pas exempt de responsabilité.

 

Articles de presse liés :

Décès d'une femme enceinte à la maternité d'Orthez : un autre praticien mis en examen
Le Figaro - 16/03/2016

En septembre 2014, une patiente était décédée alors qu'elle devait accoucher. Les erreurs de l'anesthésiste, qui avait bu le soir du drame, avaient été pointées du doigt. L'obstétricien présent ce jour-là a été placé sous contrôle judiciaire et mis en examen pour « non-assistance à personne en danger ».

Me Philippe Courtois, l'avocat de la famille de la patiente décédée a estimé que cette mise en examen « n'enlève en rien à la responsabilité et aux fautes commises par le Dr Helga Wauters ». Cette dernière était l'anesthésiste qui avait provoqué la mort de la femme enceinte.

Décès d'une patiente à la maternité d'Orthez : un deuxième médecin mis en examen
Sud Ouest - 16/03/2016

L'obstétricien, présent dans le bloc lors de l'accouchement qui avait coûté la vie à une jeune femme en 2014, est mis en examen pour « non assistance à personne en danger »

Cette mise en examen « n'enlève en rien la responsabilité et aux fautes commises par l'anesthésiste le Dr Helga Wauters, qui ont conduit à l'arrêt de coeur" de la patiente », estime Me Philippe Courtois, l'avocat de la famille de la victime.

Décès à la maternité d'Orthez : Un deuxième médecin mis en examen
20 minutes - 16/03/2016

Après le décès d’une patiente de la maternité d’Orthez, en septembre 2014, un obstétricien vient d’être mis en examen pour « non-assistance à personne en danger. Une anesthésiste est déjà poursuivie pour « homicide involontaire aggravé » ...

Cette mise en examen « n’enlève en rien la responsabilité et aux fautes commises par (l’anesthésiste) le Dr Helga Wauters, qui ont conduit à l’arrêt du cœur de la patiente », a estimé Me Philippe Courtois, avocat de la famille de la victime.

Décès à la maternité d'Orthez: un autre praticien mis en examen
BFM TV - 16/03/2016

Le drame remonte à 2014. Une femme était morte pendant son accouchement, alors que l'anesthésiste était sous l'emprise de l'alcool.

L'obstétricien présent le soir des faits a été mis en examen « pour non assistance à personne en danger » par la juge d'instruction de Pau le 25 février, et placé sous contrôle judiciaire, a-t-on précisé auprès de l'avocat de la famille de la victime, information confirmée par le parquet de Pau.

« L'obstétricien n'a pas l'interdiction d'exercer, car sa pratique professionnelle n'est pas en cause » a souligné le procureur de la République de Pau Jean-Christophe Muller. « C'est son comportement dans le bloc opératoire après l'accouchement qui est visé ». Cette mise en examen « n'enlève en rien la responsabilité et aux fautes commises par (l'anesthésiste) le Dr Helga Wauters, qui ont conduit à l'arrêt de coeur » de la patiente, a estimé l'avocat, Me Philippe Courtois.

Une deuxième mise en examen dans l'affaire de la maternité d'Orthez
France Bleu - 16/03/2016

Helga Wauters, soupçonnée d'homicide involontaire, n'est plus la seule a répondre de la mort d'une patiente pendant son accouchement en septembre 2014. L'autre médecin présent dans le bloc, le chirurgien obstétricien, est mis en examen a-t-on appris mardi pour non assistance à personne en danger.

Depuis le 25 février, elle n'est donc plus seule en cause dans cette affaire : l'autre médecin présent dans le bloc opératoire, le chirurgien obstétricien, est mis en examen pour non assistance à personne en danger. Il a été placé sous contrôle judiciaire, mais il peut toujours exercer la médecine.

La juge d'instruction en charge du dossier considère que l'obstétricien, qui pratiquait la césarienne, aurait dû réagir plus tôt à la détresse respiratoire de la patiente, ou plutôt réagir tout court. Car ce qui ne cesse pas d'étonner dans cette tragédie, c'est qu'au bout du bout, ces deux médecins en ont été réduits a appeler le SAMU pour tenter de sauver leur patiente.

Maitre Philippe Courtois défend les intérêts de la famille de la patiente. Il se félicite de constater que la justice est à la recherche de toutes les responsabilités. Il considère que c'est Helga Wauters la plus fautive, mais la famille veut comprendre l'enchainement des faits et des erreurs après qu'on a constaté la détresse médicale de la jeune femme.

Maitre Philippe Courtois espère également que la juge d'instruction va tenter de comprendre comment cette anesthésiste, déjà sanctionnée pour son alcoolisme, a pu se retrouver en exercice, dans ce bloc opératoire de la maternité d'Orthez, en septembre 2014.

« Est-ce qu'on aurait pu éviter cette boucherie ? » — Me Philippe Courtois