SELARL COUBRIS, COURTOIS & Associés
31 rue du Bocage
33200 Bordeaux

05.56.17.13.03

Du Lundi au Vendredi, de 8h à 19h

Des vaccins qui rendent malades ? Impossible ...

Jeudi 18 septembre 2014

Accès rapide

Mise sur le marché et remboursement à la rapidité suspecte, efficacité contestée, coût important pour la collectivité, les arguments des anti-gardasil interpellent.

Recommandée par les autorités, la vaccination des jeunes filles au Gardasil, qui doit prévenir le cancer du col de l’utérus, fait polémique.

Des vaccins qui rendent malades ? Impossible ...

Source: L'Humanité - Extrait de l'article
Date : 18 septembre 2014

Recommandée par les autorités, la vaccination des jeunes filles au Gardasil, qui doit prévenir le cancer du col de l’utérus, fait polémique. Des familles évoquent des effets secondaires graves et mal mesurés. Et c’est l’ensemble des vaccins contenant des sels d’aluminium qui sont pointés du doigt.

Maître Jean-Christophe Coubris, spécialiste des erreurs médicales

Maître Jean-Christophe Coubris,
avocat des victimes de vaccins dont le Gardasil

« Déni », « mépris », « toute-puissance des labos », « maltraitance » ... C’est un véritable mur que décrivent les victimes de cette maladie insidieuse qu’est la myofasciite à macrophages (MFM), très fortement soupçonnée d’être causée, chez certains patients génétiquement prédisposés, par les sels d’aluminium présents dans de nombreux vaccins.

Des vaccins qui rendent malades, provoquant aussi scléroses en plaques et autres inflammations du système nerveux ? Impossible, répondent en chœur une grande partie de la communauté médicale, les laboratoires, l’œil rivé sur leur chiffre d’affaires, et – jusqu’ici – les autorités politiques et sanitaires françaises.

Pourtant, depuis quelques mois, ce haut mur se lézarde un peu.

Après une première plainte déposée en novembre 2013, à l’initiative de l’avocat Jean-Christophe Coubris, par la famille de Marie-Océane Bourguignon, dix-huit ans, victime d’une sclérose en plaques consécutive à plusieurs injections de Gardasil (Sanofi-Pasteur MSD), plusieurs dizaines d’autres dossiers ont été transmis au pôle santé du tribunal de grande instance de Paris.

Le laboratoire (codétenu par l’américain Merck) mais aussi l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) y sont accusés de « blessures involontaires, violation d’une obligation manifeste de sécurité et méconnaissance des principes de précaution et de prévention ».

Des démarches ponctuées d’une intense polémique autour de ce vaccin censé prévenir le cancer du col de l’utérus, et recommandé pour les jeunes filles dès onze ans. Mise sur le marché et remboursement à la rapidité suspecte, efficacité contestée, coût important pour la collectivité (243 millions d’euros entre 2007 et 2011, soit 11% des dépenses totales de vaccins), les arguments des anti-Gardasil interpellent, alors que le dépistage par frottis, qui pourrait prévenir une grande partie de ces cancers, reste encore très insuffisant.

Des démarches qui reposent aussi la question – plus ancienne – de la nocivité supposée des adjuvants (les « boosteurs » des vaccins) à base d’aluminium.

(…)

Source :

Des vaccins qui rendent malades ? Impossible ...
L'Humanité - 18/09/2014