SELARL COUBRIS, COURTOIS & Associés
31 rue du Bocage
33200 Bordeaux

05.56.17.13.03

Du Lundi au Vendredi, de 8h à 19h

Victimes Mediator : L'IGAS rend son rapport

Mercredi 19 janvier 2011

Accès rapide

A la suite du retrait du Mediator par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) en novembre 2009, le ministre du Travail de l’emploi et de la santé et la Secrétaire d’Etat chargée de la Santé, ont demandé à l’IGAS de mettre en lumière la succession des évènements et des choix portant sur ce médicament afin de comprendre les mécanismes de prises de décision.

Xavier Bertrand, ministre de la santé a confié au mois de novembre 2010 une enquête à l'inspection générale des affaires sociales (IGAS), afin de faire le point sur la dangerosité du médicament Mediator et sur son maintien sur le marché en dépit d'alertes.

L’Igas était chargée d’évaluer les éventuels dysfonctionnements dans le système de sécurité sanitaire et de pharmacovigilance.

Les trois inspecteurs le Dr. Aquilino MORELLE, le Dr. Anne-Carole BENSADON et M. Etienne MARIE, ont rendu leur rapport public le 15 janvier 2011.
Selon le ministre, "un faisceau d’indices extrêmement lourds indiquent une responsabilité première et directe des laboratoires Servier dans ce drame du Mediator."

Mais le rapport démontre aussi que l'AFSSAPS a failli dans sa mission.

Le rapport de l'Igas met clairement en lumière le fait que ce médicament des laboratoires Servier commercialisé en France entre 1976 et 2009 aurait dû être retiré du marché bien avant l'année dernière. Il relève notamment que les décisions de retrait auraient dû être prises pour éviter ce scandale sanitaire.

Le rapport examine tout d'abord l'origine historique du benfluorex, nom générique du Mediator.

Les inspecteurs ont également démontré le décalage entre la stratégie de positionnement des laboratoires Servier et la réalité pharmacologique du médicament, dont le suffixe -orex est le segment clé retenu par l'OMS pour désigner les anorexigènes.

Le Mediator, un antidiabétique fabriqué par le laboratoire Servier également utilisé comme coupe-faim, a été prescrit à au moins cinq millions de personnes en France entre 1976 et 2009, année de son interdiction, alors que sa dangerosité a été signalée dès la fin des années 1990.

Consultez le rapport d'enquête de l'IGAS sur le Mediator